Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

29 mai 2006 1 29 /05 /mai /2006 16:19

 

 

Comme promis voici quelques critiques que je vais me faire un plaisir de commenter. Je ne peux les citer en entier, pour des raisons de droits d'auteur. Je n'ai pas triché dans ma sélection. La première est due au critique de libération. Mes commentaires en bleu!

 


 

Jérémie Bélingard est plus que convaincant dans le personnage, y compris dans ses ralentis, comme Wilfried Romoli en sénateur ou Laurent Hilaire dans le rôle de la pantomine robotique. Ce n'est pas mal du tout. On regrette que la pièce suive trop le découpage un peu formaté du livret, ce qui enlève à son intensité et donne une longueur un peu lourde.

libération

 


 

Jérémie est plus que convaincant dans le personnage,y compris dans ses ralentis.

ça ne veut pas dire grand chose! qu'est ce que les ralentis viennent faire là?

Et puis, voilà déjà une chose que je n'aime pas : le critique ne voit " qu'une distribution" donc déjà son point de vue en est faussé. Dans un art chorégraphique comme la danse, le ballet peut changer du tout au tout suivant l'interprète. D'autant que Mathieu Ganio était éblouissant!

" la danse robotique de Mnester" ce monsieur n'a jamais dû voir un robot de sa vie. Il y a autant de point commun entre un robot et Mnester qu'entre un ventilateur et un sushi. Bref, sous prétexte que la musique est éléctro acoustique, et le geste présenté en suspension, hop, on fait simple, et on écrit robot. Pourtant ce monsieur est bien payé pour avoir un peu de vocabulaire et de culture, que je sache?

"Ce n'est pas mal du tout!"

Sans commentaire, n'est ce pas? C'est ce que je dis à mon fils de trois ans quand il essaie quelque chose et que c'est plus ou moins réussi...

Passons à la suite!

 


 

Quel attrait peut bien exercer le mythe épais de Caligula sur le danseur étoile Nicolas Le Riche pour qu'il en fasse le thème de sa première chorégraphie destinée au Ballet de l'Opéra de Paris ?

qu'est ce que ça peut lui faire? rien que le titre " mythe épais" présente le choix de Nicolas Leriche comme n'ayant qu'un goût très mauvais. Sinon, on ne choisit pas un mythe épais!  En outre,  Caligula n'est pas un "mythe", que je sache, et N Leriche ne l'a pas du tout traité ainsi.

Ce manque de précision m'afflige!

 Certes, l'envergure tragique du personnage et sa dimension conflictuelle ouvrent les pages d'un livret à rebondissements porté par une chorégraphie qu'on imagine nerveuse à souhait. Le Caligula de Nicolas Le Riche, conçu pour la dramaturgie avec Guillaume Gallienne, n'échappe malheureusement pas au registre du ballet décoratif avec sa succession de tableaux repérés.

 

Ballet décoratif!

voilà un terme méchant, creux, qui ne reflète en rien l'oeuvre de Leriche. Les émotions, dans certaines scènes, y sont si fortes que l'on ne peut parler de décoratif. Le décoratif vise l'esthétique pure, la présentation, et non le sensible. Ce critique  serait-il dénué de sensibilité? Aurait il oublié qu'une oeuvre d'art se reçoit aussi et se comprend avec le coeur?Les costumes et décors n'envahissent pas la scène.... ce n'est pas " décoratif"!Je pense tout simplement que c'est le premier mot qui est tombé sous la plume de ce critique!

 

Le monde

 


 

 Heureusement, Gérard Mannoni, que j'estime et apprécie beaucoup, a rédigé une critique intelligente dans laquelle, en tant que spectatrice, j'ai reconnu beaucoup de ce que je m'étais formulé en regard de cette oeuvre!

Pour garder son ballet au répertoire, Le Riche pourra certainement le remanier, fort de cette expérience unique qu’est le passage d’un spectacle devant le public, car c’est là qu’apparaissent les forces et les faiblesses, beaucoup mieux qu’au cours des répétitions. Nous manquons terriblement de chorégraphes ayant le désir de s’attaquer à de tels thèmes dans un langage de oui-danse. Le Riche doit tirer les conclusions de ce travail et trouver les idées lui donnant un second souffle.

 

Merci à Gérard Mannoni dont je vous recommande les ouvrages sur la danse.

Partager cet article

Repost 0
Published by shabastet - dans chorégraphes
commenter cet article

commentaires

Fanny 11/03/2008 15:13

J'avais laissé passer cet article dis-donc ! "Pourtant ce monsieur est bien payé pour avoir un peu de vocabulaire et de culture, que je sache?"... alors là, je rigole ! Spécialisés ou non, beaucoup de journalistes n'en font vraiment qu'à leur tête... Merci de nous faire découvrir Gérard Mannoni. Je vais me renseigner sur ses bouquins. Bisous.

krybaby 02/06/2006 10:38

bon week end !!!!! bizzzzz...........

shabastet 02/06/2006 10:51

Merci Krybaby!!!
bizz aussi

krybaby 01/06/2006 13:28

merci a toi d'etre passé chez moi!!!!!!!!!!!!! a plus............

krybaby 01/06/2006 00:21

au moins on apprend des choses!!!!! ca doit etre tres dur!!!!!! bravo et bonne continuation!!!!!!!

shabastet 01/06/2006 09:34

Merci Krybaby pour ce commentaire!