Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 20:54

 Je n'ai nulle intention d'écrire ici un article relatant la vie de T E Lawrence, appelé Lawrence d'Arabie, mais simplement de dire que je fais partie des êtres qui sont fascinés par cet homme hors norme...

 

Curieusement, lorsque je pense à Lawrence, c'est comme à un ami perdu... mais je ne suis sans doute pas la seule... il suffit d'écouter les frères Poivre d'Arvor l'évoquer longuement, lire les deux livres qu'ils lui ont consacré, comprendre tout l'amour qui les lit à Lawrence pour réaliser que ce dernier a de part le monde pleins d'amis inconnus, bien après sa mort...

 

Le film de David Lean en a fait un héros romantique aux magnifiques yeux bleus et l'a rendu terriblement populaire. Il  m'a bien sûr fait une très forte impression enfant... mais cela n'aurait sûrement pas suffi a laisser en moi cette trace indélébile, cette fascination pour un être qui a eu une vie passionnante, si le modèle n'était pas en lui même terriblement attachant... pourquoi si attachant? Est ce sa quête d'un absolu? le peu d'importance qu'il attachait aux honneurs? Son âme trop grande pour lui? Son goût de la réclusion à la fin de sa vie? Ses chagrins? Sa vie héroïque? Sa passion pour la culture arabe? Son érudition? Sa façon incroyable de brouiller les pistes en empruntant moult personnalité? Cette impertinence à demander à redevenir simple soldat dans la royal air force, lui qui était devenu général? Son mépris pour la hiérarchie militaire qu'il servit d'un ^coté et desservit de l'autre? Son amitié pour un jeune ânier du nom de Dahoum dont il fit de si belles photos? Ses talents photographiques? Ses écrits? Tout cela à la fois? Rien de cela?

Comment savoir!

Peut être est ce tout simplement ce sentiment de trahison qui l'a accompagné toute sa vie : il est Anglais et veut créer une nation arabe, qu'il promet aux Arabes, en sachant qu'il trahit sa nation, qui veut contrôler à la place des Turcs et des Allemands les territoires arabes, quand Lawrence les veut LIBRES...

Et cette tristesse sans fond, au traité de Versailles devant la signature d'accords tenus secrets, qui ne prend pas du tout en compte les territoires politiques, et trace les frontières aux cordeaux...

Beaucoup de problèmes d'aujourd'hui viendraient en partie de ses fameux accords français appelés "Sykès- Picot", signés en 1916...

Lawrence est comme un fantôme qui réclame la paix!

 

  Dahoum

 

Il  est mort dans l'anonymat et la réclusion... sans avoir trouvé la paix avec lui même, ni même le bonheur... et pourtant, en Syrie, ou en Iran, en Egypte, il a sans nul doute connu ses heures les plus heureuses...

Enfant d'une famille de cinq fils, bâtard, élevé dans la pure tradition anglaise, rien ne le prédestinait à devenir le levier, l'instrument de la révolte arabe, pendant la première guerre mondiale...

Il  réussit à féderer entre eux les chefs de différentes tribus bédouines qui se détestaient depuis si longtemps qu'on en avait oublier les causes, afin de chasser les Turcs des territoires arabes. Comme les Arabes, il rêva d'un territoire arabe, d'une nation arabe...

Et  pourtant, il  eut toujours, longtemps après, de retour en Angleterre, l'impression que sa vie avait été inutile, qu'il n'avait pas su lui donner un sens...

Lui, qui, féru d'archéologie parcourut en tous sens la Syrie et une partie de l'Iran par un été caniculaire pour faire des relevés, des plans, s'imprégner de la culture et de la langue arabe, lui qui finit par s'habiller et vivre comme un bédouin, supportant sans rechigner la faim, la chaleur, les privations... lui qui fut un chef sans jamais en revendiquer le titre, sachant offrir aux Arabes l'honneur que les Turcs leur avaient pris... lui qui fut l'ami de Faysal et qui à ses côtés se rendit au traité de Versailles, porte en lui, profondément, un rêve qui prit son envol, sans que cela ne suffit à le rendre heureux...

 

le chateau des Krak

 

C'est sa passion pour l'archéologie, pour Chateau Gaillard, chateau fort construit par Richard coeur de lion, qui le conduit en Syrie alors qu'il est encore étudiant... il tombera amoureux des lieux, de la langue, de la culture arabe, qu'il finira par parler parfaitement ainsi que de nombreux dialectes...

L'université anglaise l'enverra ensuite étudier le site de Karkemish, mais en fait, il fera déjà des relevés de cartes, utiles en ces temps troublés à la guerre qui lève : l'Allemagne, grande alliée des Turcs, les aide à construire une ligne de chemin de fer qui précisément passe par là... cette même ligne que Lawrence et ses Bédouins attaqueront à la dynamite inlassablement...

 

Bas relief trouvé à Karkemish

Et Lawrence, tout en fouillant les lieux, dresse des cartes, les envoie à l'état major... fait un relevé typographique on ne peut plus précis... l'air de rien, au nez des Allemands...

 


 

Le reste les livres   retracent sa vie, le film la montre... et pourtant, l'énigme reste entière, y compris sur sa mort... suicide, accident, assassinat?

 

 

 

Faysal, au premier plan au traité de Versailles

Lawrence, juste derrière à droite

 


 

Voilà plusieurs ouvrages qui m'accompagnent :

Le découverte Gallimard, bien illustré

 


 

Le magnifique ouvrage des frères Poivre d'Arvor, merveilleusement écrit, avec de très nombreuses photographies prises par Lawrence. Les deux frères ont hanté TOUS les lieux où s'était rendu Lawrence, ont dépouillé toutes les archives...

 


 

Les sept piliers de la sagesse, écrit par Lawrence lui même, qui avait perdu dans un train son premier manuscrit ( pas moins de 1000 pages ) et a tout réécrit ensuite en Angleterre... c'est un ouvrage étonnant, dense, étrange, envoûtant, où Lawrence brouille les pistes...

 


 

 

 

 

 

Les frères d'Arvor ont été tellement ébranlé par Lawrence qu'ils lui ont aussi consacré un roman, disparaitre... simplement émouvant...

( peut être à suivre?)

 


 

A lire aussi

 

ci joint la carte des accords Sykès Picot

Faysal et le traité de Versailles, compte rendu 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fanny 16/04/2007 13:32

.... FASCINANT !! Et je viens de rajouter quelques ouvrages à ma liste par la même occasion... Oups... Bisous et belle journée Shana !