Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 08:07

Sylvie_guillem_Massimo_Murru_penchee.JPGRevoir Manon cette année m’a fait prendre conscience du « manque Guillem »

Quel dommage que la Dame de la Bastille ne l’aime pas et ne l’ait donc pas invitée à venir danser une Manon à Paris, rôle que Sylvie danse encore sur scène (pas plus tard que l’an passé en Italie)

J’ai été bouleversée par l’interprétation de Ciaravolla et par le couple qu’elle forme avec Mathieu Ganio ; aimer Guillem ne remet nullement en doute, en cause cela, bien évidemment. Etre «  en manque » d’un artiste ne signifie pas que l’on n’aime moins les autres.

Ce qui est curieux, c’est que la Manon vue cette année m’a complètement remis en mémoire celle vue avec Guillem il y a plus de dix ans.

 

D’elle, je me rappelais nettement son sourire lorsqu’elle descend toute ingénue du carrosse de voyage,  son air de jeunesse, sa candeur – elle avait pourtant déjà 37 ans. Je me rappelais aussi son charme, l’incandescence de sa danse, la grâce de ses épaules, de ses pieds tellement musicaux ; enfin, je me rappelais avec une précision extraordinaire ses prises de risques constantes, son abandon à son personnage,  à son partenaire aussi, son engagement total. Son air mutin, sa sensualité teintée d’intelligence, cette façon d’être plusieurs filles à la fois, suivant qu’elle dansait avec son frère, avec Monsieur de GM ou avec son amoureux. Sylvie a un tel sens des nuances, des détails, du récit, des émotions, des sentiments qu’elle veut faire passer!

C’est presque irrationnel d’être envoûtée à ce point par ce qu’elle fait, et être bouleversée par ses interprétations, toujours justes, toujours habitées.

Cela me rappelle dans un autre genre ma découverte de la Callas en 1977 alors que je rangeais ma chambre. J’ai tout à coup entendu une voix comme jamais, ni belle ni laide, mais authentique ; et le personnage – Rosine du barbier de Seville – a surgi dans ma chambre. Je ne savais même pas que c’était la Callas qui passait à la radio et tout de suite, le coup de foudre, absolu et pour toujours.

 

J’ai souvent repensé à cet Eonagata que je n’ai pas aimé, et à chaque fois, c’est la même image qui revient : Guillem et sa plume, qui écrit, qui danse, qui se donne, et ces cinq minutes de grâce absolue me restent ancrées dans la tête avec une telle netteté dans les détails qu’au fond, eh bien oui, je l’avoue presque malgré moi,  je ne regrette pas d’avoir vu cet Eonagata. Pour elle. Pour ces cinq minutes hors du temps. Pour ce moment de grâce pure.

 

Kelucharan dont je parlais dans un précédent article pourrait dire la concernant : « Elle, elle dirait qu’elle danse, mais moi qui la regarde, je dirais qu’elle prie »

 

Elle viendra danser l’an prochain au TCE en juin. Mais c’est dans un ballet « narratif » que j’aimerais la revoir.

Elle y déploie non seulement sa technique sublime et intacte, — chose exceptionnelle à 47 ans - mais surtout, mais aussi son intelligence de la danse, sa grande finesse et compréhension psychologique des rôles. Cette interprète exceptionnelle  offre toujours une vision très  personnelle de ses rôles mais avec une telle compréhension qu'elle suscite l'adhésion immédiate.

 

Ah ! Revoir Sylvie dans Manon, ou le Lac…  

Je ne suis pas allée la voir cette année dans 6000 miles away. Les photos vues dans les magazines sont sublimes, mais j'avoue avoir de plus en plus de mal avec la danse abstraite...

Je ne sais donc pas si j'irai la voir l'an prochain dans " Sacred monster" avec Akram Khan

je crois que je vais acheter la video pour me décider si oui ou non....

Partager cet article

Repost 0
Published by Shabastet - dans Sylvie Guillem
commenter cet article

commentaires

Nakis 12/11/2012 11:31


Merci pour votre message. Oui, bien sûr, je signe toujours mes messages avec mon vrai prénom Nakis sans problème.


J'ai hâte J'irai aussi voir "Sacred Monsters" que j'ai déjà vu en Allemagne il y a quelques années. C'est un spectacle que j'aime beaucoup, très vivant, plein de beauté et de poésie. Evidemment
révoir Sylvie dans Manon ou Juliette oui ça c'est le rêve.


J'ai hâte aussi de voir Zakharova live, ça sera la première fois. Les vidéos que j'ai vu d'elle (j'ai un DVD de "Giselle" à La Scala avec Roberto Bolle) ou "La Belle" ou "Le Lac" ne m'ont pas
vraiment convaincu. Mais, l'effet "live" peut-être différent. Parmi les Russes de cette génération j'ai beaucoup apprécié Lopatkina dans "Anna Karenine" (je l'ai vue récemment au Grand Théâtre de
Genève"), tandis que Vishneva m'a un peu décu dans "La Bayadère" au Chatelet.


 


A bientôt


Nakis

Nakis 11/11/2012 16:19


Bonjour


Je partage entièrement votre entousiasme sur Sylvie Guillem (je suis tombé amoureux d'elle la première fois que je l'ai vue at TCE dans "Sissi", "La luna", "Herman Sherman", "Le Boléro" et puis
tant de merveilels "Romeo et Juliette", "Manon", bien évidemment, "Marguerite et Armand", "La Belle au Bois dormant", "Giselle", "Eonnagata", "Broken Fall", "Sacred Monsters" "6000 miles away"
etc) et j'ai ressenti pleinement aussi ce manque Guillem pour la reprise de "L'histoire de Manon" à Garnier récemment. Ne pas inviter Guillem rien qu'une dernière fois pour danser l'un de plus
grands rôles de sa carrière est pour le dire gentiment, impardonnable, surtout après son immense triomphe dans ce ballet en 2011 à La Scala de Milan. J'ai eu cette chance innouie d'assister à la
représentation du 27 janvier 2011 à La Scala avec Sylvie et Massimo Murru. Une expérience inoubliable avec Guillem au sommet de son art. La première fois que je l'ai vue dans ce rôle remonte en
1998 au Palais Garnier et elle m'avait bouleversé. Par la suite deux Nanon toujours exquises et inoubliables avec elle (une à Londres et une sa dernière à Garnier en 2003) et puis cette Manon
milanaise. Incomparable. Que dire! Non seulement, elle n'avait rien perdu de sa souplesse hors normes, de son naturel, de son charisme, si j'ose dire elle gagne avec le temps. Tout en gardant
cette fraicheur indispensable pour être crédible dans Manon, elle confère une certaine maturité dans le rôle, une épaisseur, un mystère. C'est une incarnation absolue, totale, bouleversante,
incomparable, c'est la Beauté devant nous, ce qu'on imagine avec la Callas sur scène dans "Norma" ou "Médée".


Et oui, après cette "Manon" on attendait en vain de la voir dans ce rôle à Garnier. Mme Léfèvre nous a privé de ce rêve, trop beau pour être vrai.


Et comme vous, j'attendrais toujours ou j'espérerais la revoir dans un rôle comme Manon, ou "A month in the countr"y ou "Marguerite et Armand" qu'elle présentera par ailleurs la semaine prochaine
à Pékin.


 


A propos, je serai aussi à Paris (j'habite actuellement à Annecy) pour voir "Don Quichotte" avec Zakahrova le 26 décembre.

Shabastet 12/11/2012 09:09



Merci beaucoup pour ce témoignage, que je mettrai en " article" prochainement avec votre signature " Nakis" à moins que vous ne vouliez que je m'écrive un autre nom?


Oui, c'est impardonnable de ne pas lui avoir offert une Manon à l'ONP; je l'avais vue aussi en 2003, et quand je vais voir les videos de sa Manon en Italie, elle EST Manon, avec toute la
complexité du caractère de cette jeune femme. Je la verrai cette année avec Akram Khan dans Sacred Monster, mais j'aurais tant aimé la revoir dans un rôle classique....!


J'ai vu Zakharova en NIkya au printemps dernier; sublime à tous points de vue ( mais à Paris, il est de bon ton de faire la fine bouche!) et je me rejouis de la voir en Kitri; j'espère que
Paquette aura la même fraîcheur qu'il y a quelques années dans ce rôle, car il va devoir faire face à une très longue série ( 12 soirées!) et celles avec Zakharova seront les dernieres de cette
série!