Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 10:03

karl-paquette-delphine-moussin.JPG Ne vous y méprenez pas! ce n'est pas une photo le soir de sa nomination, mais l'une lors du salut de la Belle au Bois Dormant, dans le rôle de l'Oiseau Bleu, où il m'avait enchanté...
Karl Paquette est un artiste émminement attachant - comme nombre de personnalités à l'opéra de Paris - que j'ai vu pour ainsi dire à chaque fois que je vais voir un spectacle : il est toujours là pour remplacer un danseur blessé, prendre un rôle à la derniète minute, rendre service en servant de partenaire à nombres de ballerine...

Danseur étoile au rabais?

Ah non, pas lui! il n'a peut être pas la flamboyance d'un Legris  d'un Hilaire ou d'un Leriche, mais un charisme extraordinaire!!! A chaque fois qu'on le voit danser, il marque profondément; on oublie peut être les autres mais lui pas! Il éclipse parfois   les solistes des les rôles titres de la soirée même si'l ne vient danser que quelques minutes sur scène, comme pour la danse arabe de Casse noisette!
Parmi les  très nombreux rôles ou je l'ai vu danser et où je l'ai vraiment adoré je cite de mémoire : le chef des gitans dans Don Quichotte, pour son panache, sa force, son charisme,  Basilio, dans Don Quichotte toujours, pour la grande qualité de son partenariat avec E Abbagnato,( il est vraiment attentif à ses partenaires)  et pour ses qualités d'acteur: capable de beaucoup d'humour et d'espiéglerie, il peut être très drôle! Mais il peut aussi tout à fait être à l'opposé, comme pour le rôle de  Kourbsky dans Ivan le Terrible, où, littéralement déchiré entre son devoir, son amour pour Anastasia, il   est un traitre qui force la compassion... dans ce rôle il allie la qualité technique de la danse à des sommets dans l'émotion! Je cite encore de mémoire  le marchand, dans le ballet les mirages de serge lifar,  pour son charisme, ce petit grain de folie qui manque à tant d'autres à l'opéra de Paris. Voilà le seul danseur  que j'ai retenu de cet ennuyeux ballet ( hormis Dupont dans l'ombre) Son oiseau bleu, dans la belle au bois dormant, est  l'un des plus poétique oiseaux bleus que j'ai vus, plein d'espiéglerie, d'élegance, formant un duo très vivant avec la princesse Florine/ Moussin.  Dans  l'oiseau de feu,  de béjart, il a ce soir là éclipsé N Leriche dans le rôle titre, lorsque l'oiseau renait à la fin du ballet : sa présence magnétique allait à merveille avec le propos de Béjart!
Ajoutons encore le fabuleux  précepteur du prince Siegfried dans le lac des cygnes aux  côtés de N Leriche et de Letestu où il devient Rothbart, le magicien, dans le songe du prince... le pas de trois final figure parmi mes plus bouleversants souvenirs artistiques :
Paquette sait aussi merveilleusement travailler avec les autres.... sans perdre aucunement son identité; cela aussi, c'est du grand art
Et puis enfin,  le rôle de Linton dans Hurlevent de Belarbi; la scène où le pauvre Linton superpose les gilets, robe de chambre et autre dans son grand manoir froid et vide, puisque Cathy est morte ou va mourir, reste aussi gravée dans ma mémoire; cette scène qui peut être un peu ridicule a été transcendée par son engagement artistique :  Karl Paquette est plus qu'un simple interprète, il est " créateur" puisqu'il insuffle à tous ces rôles ce petit quelque chose de plus qui vient de son âme...

voilà ce que j'écrivais pour Linton :
" Karl Paquette aussi a donné une consistance incroyable au pâle Edgar ; tout figé et un peu ridicule au début, débordant de bonnes et creuses manières, puis le personnage évolue, jusqu'à nous rendre palpable sa solitude et le vide de sa vie si lisse que Cathy n'a fait qu'effleurer

Il danse d'abord comme un pantin bien élèvé : ronds de jambe et ports de bras figés, il a un habit vert, peut être en velours bien ajusté, et des bas bien tirés dans ses souliers ( rien a voir avec le pull et la pantalon " grunge" et les pieds nus d'Heathcliff)puis il perd peu à peu son assurance, ses manières, jusqu'à ce solo halluciné où il enfile habit sur habit : il m'a bouleversée tant il a donné à son personnage, donc aux spectateurs... aucun de ses habits ne recouvrira le vide qui l'entoure, ni ne réchauffera le froid qui le dévore... et Joseph est là, complice, spectateur ou simple témoin? Karl Paquette évolue beaucoup et bien cette saison...!"


je l'ai encore vu tout récemment dans la danse arabe de Casse noisette où sa partenaire Pagliero était décevante par rapport à la sensualité apportée par Romberg, remplacée ce soir là.danse arabe 2 Le couple n'était pas harmonieux, mais lui, égal à lui même, avait cette présence forte et puissante.

On ne retient pas en premier lieu  de Paquette ses qualités techniques, sa virtuosité, même si ces dernières années ( depuis Ivan le Terrible) il a considérablement   affiné sa danse,  l'a rendu plus souple, plus fluide, beaucoup plus " propre"; ses sauts sont plus élégants et plus légers,  il a perdu une certaine " brusquerie: sa technique de danse est  devenue belle,affirmée, solide,  sans être   brillante.  En revanche, ses qualités artistiques, poétiques et humaines  et son immense talent d'acteur, cet art qu'il a de revêtir n'importe quel rôle forcent le respect, l'émotion, l'admiration. C'est un artiste merveilleux,comme il en existe beaucoup à l'opéra mais il a ce plus charismatique  qui signe les étoiles. Parce qu'il a une vraie personnalité!
 Sur scène,  c'est d'abord le personnage que l'on voit, que l'on ressent : sa technique  est mise au service de  ce personnage, ce qui, - comme pour Kourbsky - lui permet parfois des prouesses techniques surprenantes,  comme insufflés par le personnage lui même. Trop souvent à l'opéra, je vois  l'inverse : le danseur mise sur sa virtuosité pour donner corps au personnage ce qui ne réussit pas toujours! c'est un peu ce que j'ai ressenti par exemple pour la Clara de D Dorothée Gilbert, magnifique, mais on voit la virtuosité avant le personnage; ce n'est pas le cas avec Karl qui donne vraiment une âme à tous les personnages qu'il incarne.
Il a abordé quantité de rôles à l'opéra,  y compris les rôles du repertoire comme ce Drosselmeyer de Casse noisette sur lequel il a été nommé étoile.

Maintenant qu'il est étoile, il pourra approfondir la connaissance qu'il a déjà acquise des grands rôles du répertoire : il doit danser Armand, dans le ballet la Dame aux Camélias, de Neumeier que je ne me suis toujours pas décidée à aller voir parce que le piano seul  et Chopin accompagnent tout le ballet.... j'ai peur de m'ennuyer... mais s'il danse Armand, j'irai peut être si je trouve des places pour les dates qu'on lui donnera.

Il a trente trois ans, et à présent ( en tous cas je l'espère!) la liberté d'aborder de nouveaux rôles dans lequel il apportera son supplément d'âme!
 

je lui souhaite ici de tout coeur de très belles années en tant qu'étoile et le remercie pour toutes les émotions artistiques, poétiques et l'humour qu'il a donné à la spectatrice que je suis !!

------

NB : 6 ans plus tard, Karl Paquette m'enchante toujours autant ; par exemple, il a été un Armand bouleversant dans la Dame aux Camélias aux côtés de Ciaravola et s'est montré  princier, drôle et flamboyant dans le Paquita du 4 mai 2015

 

Un artiste qui aime profondément dans la danse classique qu'il sert de tout son coeur, avec une ferveur toute mystique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nâga.... - dans danseurs - danseuses
commenter cet article

commentaires