Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 10:33

 

 

Voilà donc trois mois que j’ai commencé les cours d’Odissi ; et plus je comprends le sens des mouvements, plus je suis en «  amour » de cette danse.

J’aborde la toute première pièce du répertoire qui s’appelle Mangalacharan   et qui est une prière au Dieu Jagannath, à la Terre, à son guru, et au Ciel.

 

Jagan-natha signifie « seigneur de l’univers » ; c’est l’un des avatars de Vishnu, qui est le dieu tutélaire de l’Orissa

En fait, c’est l’une des manifestations de l’énergie de l’univers : Brahmâ crée, Vishnu met en place, et Shiva détruit… le tout en dansant

Cette triade indienne explique simplement mais d’une façon compréhensible par tous que l’univers a été créé « un jour »,   est actuellement en « existence  et création » et reviendra tôt ou tard à sa forme première

On retrouve cette philosophie de façon complète dans le yoga à travers la notion de   bindu,  point qui peut se contracter à l’infini ou « s’expandre » à l’infinijaganat2.jpg

 

Mais revenons à l’Odissi :

Cette prière permet de se « relier » à l’univers, à la Terre, au guru, aux Dieux ; on invoque Ganesh qui retire tous les obstacles, on honore l’assemblée s’il y en a une.

 

La notion de Guru est parfois mal comprise en Occident ; ce nom sanskrit signifie à l’origine «  celui qui dissipe les ténèbres »  ( Gu-ténèbres/ Ru – lumière)

 

Ce qu’ont en fait tant les Indiens (avec les Ashrams) que les Occidents  au XXème siècle, avec l’apparition d’Ashram plus ou moins «  folkloriques » est une déviation du sens premier

Dans la forme de yoga que je pratique, le «  guru » est un passeur ; autrefois, il y a bien longtemps, dans l’Inde du Nord, avant l’arrivée des Aryens et de leurs castes,  il n’y avait ni disciple (chela) ni guru, ni ashram, mais des passeurs de connaissances qui transmettaient leur savoir à qui les demandaient ; cette transmission se faisait de « guru » à individu, sans notion aucun de «  collectivité » ; en remerciement, le «  chela » pouvait aider le «  guru » ou échanger sous forme de troc ce qu’il avait à donner ; il n’y avait aucun impératif de  « service », de «  chela corvéable à merci »  le mot aujourd’hui sous-entend bien des choses que ne contient pas ce mot sanskrit

 

 

La première pièce s’appelle donc Maganlacharam

 

Elle débute par une marche, les mains en corolle portant l’offrande de fleurs

Dès la marche, le corps ondule, son poids passe d’un pied sur l’autre en Tribangha. Le déhanché se marque tantôt  à droite ou à gauche, tandis que le buste va dans le sens opposé et que la tête suit le mouvement. Cette marche est suivie d’une frappe de pied, puis commence la salutation elle-même.

 

Les mains utilisent plusieurs mudra pendant cette salutation : tripataka, anjali, chaturrah, etc…

 

Outre le travail de cette première pièce qui permet de s’imprégner de l’esprit de la danse Odissi, je continue à apprendre mes exercices ; d’ici le prochain cours, je devrais avoir fini l’apprentissage de base qui restera, comme pour les gammes, le travail à répéter quotidiennement si possible

 

 

Voici une video; la chorégraphie est dansée ici par Sujata Mohapatra  :  http://www.youtube.com/watch?v=1wX5yHh6DHc

 

Je me repasse en boucle cette video... ! 

 

 valbeck, 27 juin 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Nâga.... - dans Odissi et Yoga
commenter cet article

commentaires