Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 20:22

petit compte rendu écrit sur le forum de Cathy, danser en france dont je suis modératrice



La première chose qui m'a étonnée a été la laideur des costumes et des décors du premier acte
Ces tons délavés, ces grands pans de murs façon béton.... :roll:
et puis le premier acte a commencé... très bien dansé mais quel ennui...
heureusement, une petite surprise m'attendait. J'étais assise au premier rang mais complètement sur le côté, juste devant les timbales et les cuivres graves ( tuba trombonne... d'ailleurs Mr le Tuba, vous avez bien rigolé....)
et là, juste devant il y avait Mathilde Froustey qui se trouvait de ce côté.
Je l'adore et quel régal de la regarder danser... c'est ci facile pour elle!
j'ai pu observer ses expressions, sa technique, sa légéreté, son bonheur de danser, et sa beauté....

Le Prince n'a pas grand chose à faire, mais dès que Nicolas s'est mis à danser, ça y était, je retrouvais ce qui fait que j'aime la danse classique; tout est devenu vivant, humain...
Karl Paquette affirme une très belle présence sur scène, et leur pas de deux a été le sommet de ce premier acte.
Il s'opérait une vraie magie entre els deux danseurs qui se confirma au second acte
Nicolas, prince qui a le "mal de vivre" et qui obeit aux injonctions de cet imposant précepteur... qui semble si peu en harmonie, en accord avec le monde qui l'entoure et qui l'ennuie... a danse la variation qu'on pourrait appelé " la mélancolie" avec la sensibilité qui le caractérise, une grande sobriété, l'émotion étant "sur le fil"

Le second acte

Je m'attendais à tout mais pas à cela! je trouve toujours Letestu froide, mauvaise actrice... technique sublime mais manque d'âme...

Et là.... j'ai vu le plus beau cygne blanc de ma vie! même ma Guillem adorée fut oubliée

Odette arrive : frémissement des pieds, mouvements de la tête quand elle lisse ses plumes très expressifs, précision, grâce, fluidité, féminité, douceur, tendresse, detresse, bras on ne peut plus souples...
je n'avais jamais vu cette danseuse faire oublier sa technique à ce point. On en voit plus qu'une princesse cygne, d'une grâce à couper le souffle, d'une tristesse à pleurer soi même, d'une beauté et d'une irréalité renversante, d'une expressivité immense
j'avais une grande attente, connaissant la chorégraphie par coeur. et cet artiste a été au délà de mon attente...
et cette expressive douceur... j'ai commencé à larmoyer et cela n'a fait que s'amplifier avec le duo de l'acte 2!
et puis ce cygne d'abord effrayé qui essaie de fuir, qui semble si fragile...
mon Dieu, quel osmose entre le couple! on n'entendait plus un bruit dans la salle, il se passait vraiment quelque chose d'extraordinairement magique et beau à cet instant... Le prince fond d'amour, et on le sent à ce moment aussi vulnérable que le cygne. Les serments furent douloureux à voir, car on n'avait l'impression que ces deux êtres étaient aussi perdus l'un que l'autre, et que leur amour n'allait pas suffir à les protéger...
comment ont 'ils fait pour se rendre aussi vulnérables? c'est le mystère de l'art...
bref, dès le pas de deux finis, il y a eu un soulèvement collectif dans la salle d'applaudissement et de bravos hurlés, comme une grande vague collective... ça transporte ( je ne suis jamais la dernière à crier mon enthousiasme non plus!!!! 8)

on a déjà beaucoup parlé des quatre petits cygnes... mais c'est vrai : une perfection!!!! mon Dieu... ces mouvements de tête qui peuvent avoir l'air si bêtes étaient " très danses russes". Un jeu de miroir entre ces danseuses, parfaitemet immatérielles!!!
et les cygnes!!!!! bien sûr, on repense à Doisneau en ce disant... dur à vivre, peut être, mais quel résultat, quel magie!!!! les danseuses étaient parfaites, désolée d'avoir un vocabulaire si pauvres ce matin... mais voir toutes ces danseuses animées d'un seul et même souffle, nous offrir un spectacle de cette précision et de cette magie!!!!

quand au pas de trois avec Paquette!!! Les trois artistes étaient en état de grâce!!! Je trouve toujours le rôle de Rothbart   grotesque, mais là, il prenait toute sa mesure!!! ce magicien devient réel, et pas une attraction ratée d'un ballet conte de fée... de plus, l'intelligence de Noureev fait que tout de suite, on comprend que ce monde imaginaire n'est peut être que le rêve eveillé peuplé de beauté et de cauchemard d'un prince fragile et apeuré... ah Noureev, vous êtes vivant quand on danse vos ballets... c'est si vrai, et j'ai beaucoup pensé à vous hier soir.... vous nous manquez toujours.....

Du coup, le troisième acte.... :roll: retrouver les robes tabliers des danses napolitaines, la fadeur des costumes hongrois, les robes bizarres des espagnoles :roll: non, ce n'est pas ma tasse thé!!! c'étati très bien dansé mais pour moi, d'un total ennui.... même si Mathilde a parfaitement bien dansé la danse napolitaine... :wink:

Le cygne noir on sent que Letestu a beaucoup pensé à ce personnage; elle essaie de faire d'Odette une femme très complice de Rothbart, qui va se jouer du prince et s'en délecte à l'avance; magnifique technique, belle présence, mais il manque ce petit quelque chose qui signe :shock: les grands cygnes noirs, et la Guillem reste pour moi la référence!

Bref et acte 4 alors là.... retour de l'émotion pure et indicible.... c'est le moment de préciser les progrès immenses de Karl Paquette; je l'ai toujours beaucoup apprécié mais là : technique et corps affiné, moins de lourdeurs dans la réception des sauts, plus d'amplitude, présence qui s'affirme, brio, précision des receptions, pas de bavure des pieds....vraiment, j'ai vu un danseur prendre un nouvel envol ce soir. Paquette avait déjà une belle dimension artistique, maintenant, il devient un danseur précis, à la technique qui brille....
une fois encore le trio est parfaitement en harmonie; Leriche et Letestu ( les portés, extraordinaires, d'une hauteur, d'une amplitude et d'une facilité) forment vraiment un couple déchirant... et leur fin tire les larmes....

L'orchestre... je m'attendais au pire surtout en me trouvant où j'étais, mais vraiment, j'ai été surprise aussi... j'étais le nez sur les musiciens j'entendais surtout la section cuivres- percussions, mais l'équilibre n'était pas rompu avec les bois et les cordes comme souvent, où chaque famille joue un peu pour soi....

bref, la plus belle soirée classique depuis longtemps!!!!
:D

Un infini merci aux danseurs....
et plus particulièrement à Letestu... j'attends avec impatience le DVD, pour la revoir danser.... :shock: :shock:

Partager cet article

Repost 0
Published by Nâga.... - dans opéra de paris
commenter cet article

commentaires