Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 09:37

 

Cet artiste qui est resté longtemps éloigné de la scène est l'un des grands joyaux de l'opéra de Paris. Je dois le voir dans le rôle du prince Désiré dans une dizaine de jours.

La première fois que je l'ai vu, c'était dans un hideux ballet de McGregor. Il entre en scène, mon souffle se coupe. Non seulement sa danse est onctueuse, virtuose, enlevée, vivante, mais surtout, une vraie personnalité se dessine en scène;  ensuite, je n'ai pu le voir qu'en vidéo, sauf dans la Dame aux Camélias, où il incarnait Lescaut. Une danse toujours à couper le souffle, tant pour la beauté quasi spirituelle qui en émanait que pour la sensibilité de l'interprétation de ce personnage.

 

Mais voyez plutôt par vous même : un internaute a eu la bonne idée de publier sur youtube le long et magnifique solo du Prince Désiré, qui a tout pour être heureux mais qui, tel un Harold child, aspire à autre chose. 

 

Dans ce solo qui exalhe un ennui pré-romantique,  - une Sehnsucht puissante et mélancolique -  Noureev a mis non seulement les pas qu'il affectionnait particulièrement mais aussi son âme slave. Chaque lever de bras, détourné, petits pas qui s'enchaînent a un sens.  Chaque saut est un bondissement de l'âme, une quête vers l'inaccessible. Noureev ne mettait pas des pas " pour faire joli" et encore moins pour mettre sa virtuosité en lumière - dans les années 70 elle n'était déjà plus celle qu'elle avait été dans les années 1960 - mais pour exprimer le mal de vivre du Prince.

 

Mais Désiré n'est pas  Siegfried, qui veut fuir la réalité du monde, comme Louis II de Bavière le faisait près de son Lac. Désiré aspire à trouver un sens à sa vie,  et il cherche aussi l'amour.

 

La variation commence par une série de doutes, de questionnements, de silences, avec la figure de l'arabesque fouettée avec changement de bras; puis elle continue avec l'expression d'affirmations sur le non-sens d'une vie de rêve mais creuse. Et enfin, surgit la quête elle même, et aussi la mise à nu de tout ce qu'est le Prince Désiré. Le feu intérieur, la passion, la quête d'un idéal culminent au milieu de la variation : l'aspiration est là, toute entière.... reviennent ensuite les questions, les doutes du début - 3:00 -  mais l'espoir pointe.

la variation s'achève, après une série de petits pas sautillés dans le sol et petite batterie - sur la série de double tours assemblés - 5:00- et une dernière interrogation mêlée d'espoir

 

C'est un alto  qui déroule sa longue mélodie -pas aussi pleureur que le violoncelle, mais plus apte que le violon à exprimer l'âme humaine pour ce passage précis.

 

Noureev aimait Shakespeare et sans doute a t'il pensé à Hamlet en composant ce long solo-monologue du Prince.

 

A présent, regardez Mathias Heymann.... c'est pur, c'est virtuose, mais surtout, c'est profond...

 

J'ai le souvenir dans ce type de rôle d'une émotion semblable : Mathieu Ganio en Drosselmeyer il y a quelques hivers; et N. Leriche en Siegfried il y a plus de dix ans. Simple, sobre, dans un don total d'eux mêmes.

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Shabastet - dans opéra de paris
commenter cet article

commentaires

liane 31/12/2013 13:52


Merci de prendre ce temps d'écrire sur vos émotions après avoir vu un ballet.Le rythme de votre éciture est plaisante et la précision me convient.


Heyman est une Etoile, un Danseur en qui la troupe peut croire.


J'ai trouvé son travail subtil et majestueux,interessant de le comparer en tnat que trvail à celui de Halberg.


L'Aurore d'Heyman était tout simplement la Danse. Entréee dans l'Histoire. Loin de toute sur exposition et leves de jambe à 180.


 

Shabastet 02/01/2014 10:49



.... Ou de sauts  avec ballonés digne d'une championne de GRS!.... ;)


 



Catherine 26/12/2013 11:33


Enfin il est aussi dit qu'il avait réglé ce long solo pour s'échauffer avec tous les pas de base de l'échauffement, les battements, les sauts, etc. :) ! C'est diantrement complexe dans tous les
cas et efficace quand c'est bien dansé. Je me souviens que Manuel Legris l'exécutait de manière rapide, et José Martinez très lentement.

Shabastet 26/12/2013 11:51



Oui, je sais ce que l'on dit la dessus, mais du coup, on n'a retenu que le coté echauffement, tout comme au conservatoire on me disait que Bach c'était pour s'échauffer les doigts, que ça n'était
pas de la musique mais du tricotage; il y a bien plus que cela dans les deux cas, et Noureev était trop absolu pour juste se regler un échauffement en scène!!!  en bon slave, il lui fallait
des émotions à donner et il s'est choisi  musicalement l'un des plus beaux passages du ballet!