Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shabastet

  • : Danse et... danses!!!
  • Danse et... danses!!!
  • : Blog sur la danse en général et l'opéra de paris en particulier rédigé par Valérie Beck, administratrice du forum danses pluriel
  • Contact

contact

Ecrivez moi!
n'hésitez pas à me faire part de vos suggestions, de vos découvertes, ou de vos propres articles!

Rechercher

Noureev

 

Danser, telle la phalène sous la lune, le pinceau du calligraphe, ou l'atome dans l'infini 

                                              

marie-taglioni-in-zephire.jpg

8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 17:18

Odissi_-_The_Dance_Divine_book_by_Ranjana_Gauhar.jpg

 

 

 

 

 

 

L’Odissi


 

Différents articles vont être rédigés à partir d’un ouvrage en anglais écrit par Ranjana Gauhar, danseuse et auteure de Odissi,  the divine dance, aux éditions niyogi books.

 

Grâce à ce livre, j’ai enfin pu comprendre l’histoire de ce style qui est intimement mêlé à l’histoire de l’Orissa. Cette région, comme l’Inde toute entière, a subi de très nombreuses et différentes influences religieuses ou philosophiques. Avant que l’Odissi ne  «  dégénère » puis disparaisse pour un temps avant de renaître au 20ème siècle, elle a été l’une des expressions artistiques de cette région les plus puissantes, comme en témoignent les très nombreuses sculptures des anciens  temples.

 

Introduction

 

Le Natya shastra,  ancien traité sanskrit sur les arts théâtrals et poétiques rédigé il y a plus de 2000 ans, décrit quatre styles de danse : avanti, dakshinatya, panchali, et odhramagadhi. Le style odhramagadhi est celui qu’on trouve dans les régions d’Odhra, Magadha, Pundra et Kalinga   ainsi que dans diverses autres régions de l’est Indien.  Odhra et Kalinga forment  aujourd’hui l’Orissa.

 

Dans ce traité, Bharata Muni écrit que le caractère de la danse de cette région est «  Kaishiki » et «  lasya » c'est-à-dire très féminine et  composé d’éléments délicats. Kaishiki a le pouvoir de créer le «  sringara rasa » c'est-à-dire  la saveur d’un sentiment  dévotionnel amoureux. Il ajoute que les danseuses de ce style sont belles  et  portent des vêtement colorés. La beauté est d’ailleurs la condition sine qua non pour devenir Mahari, c'est-à-dire danseuse de temple.

Peu à peu, c’est Jagannath qui va être au cœur de la danse Odissi ; c’est l’une des formes de Krishna, lui-même avatar de Vishnou. Cette influence va faire du style Odissi un style vraiment très différent des autres styles de danse indienne.

Seul, le style odissi mêle un esprit dévotionnel à une danse sensuelle ; il est aussi l’un des styles les plus lyriques. Il est considérée par certains comme le plus parfait.


 

 

La légende

 


 

Il y a très très longtemps, les Dieux et les Démons voulaient s’emparer de l’Amrita, nectar d’immortalité ;  - celle là même que le yogi cherche dans sa pratique pour avoir une chance de trouver la libération, Moexp_114.jpgksha –

 


Pour cela, ils décidèrent  de barater l’Océan où le nectar était caché. Ils prirent une montagne, Mandara, comme bâton, qu’ils placèrent sur le  dos de Akupara, la divine tortue ; pour tourner cette montagne, ils utilisèrent le serpent divin Vasuki  comme corde qu’ils attachèrent à la montagne.

 

 

Les Dieux tirèrent le serpent d’un côté et les démons de l’autre, si bien que l’océan commença à se soulever en de grosses vagues ;   l’Armita finit par paraître ainsi que bien d’autres merveilles : les apsaras. Elles étaient pleines de jeunesse et de grâce, et dansaient et chantaient à merveille. Elles inspiraient l’amour aussi bien au ciel que sur terre. Ces apsaras adoraient Kamadeva, le dieu de l’amour.

 

 

 

 

Par la suite, elles furent invitées à danser  à la cour d’Indra, en compagnie des Gandharvas, bardes musiciens et chanteurs.

Un jour, l’une des Apsaras nommée Urvasi qui dansait à la cour d’Indra, croisa le regard du fils d’Indra, Jayanta, et fut distraite de sa danse quelques instants. Le sage Agastya en fut si mécontent qu’il les maudit : Urvasi devrait renaître sur terre comme devadasi – danseuse de temple -  et Jayanta comme  bambou.  Les deux jeunes gens implorèrent le pardon du Sage qui accepta, devant tant de remords, d’adoucir sa sentence. Urvasi dédierait sa danse aux Dieux, avant toute représentation, en présentant un bâton coupé sur le bambou qu’était devenu Jayanta. Ainsi, la punition serait levée.

 

Urvasi naquit donc comme une devadasi et enseigna la danse aux femmes…

 

Voici donc comment la danse devadasi naquit   sur Terre d’après la mythologie.

 

 

Vous trouverez dans ce lien des illustrations de cette légende  ( Bnf, exposition miniature indienne)

 

 

 

 

Autres articles sur l'Odissi


 

Odissi quelques points de repère supplémentaires

 

Odissi, mon premier

 

Odissi,  danse sacrée 2

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Shabastet - dans Odissi et Yoga
commenter cet article

commentaires